Our activist:

Martin Willaume

En tant qu’Européens, nous avons une grande responsabilité quant à la bonne utilisation des revenus issus des industries extractives car beaucoup d’entreprises proviennent de nos pays.

C’est lors d’un séjour au Guatemala que j’ai été pour la première fois confronté à l’impact des industries extractives sur les droits humains. J’ai eu l’occasion de rencontrer différents militants d’Amérique latine régulièrement menacés, notamment par leurs États respectifs, parce qu’ils exigeaient plus de comptes aux entreprises.

Depuis octobre 2014, je suis coordinateur du réseau Publiez Ce Que Vous Payez en France et chargé de plaidoyer sur ces mêmes sujets à Oxfam France. Mon rôle consiste d’une part à faire le lien entre les différents membres et, d’autre part, à suivre la bonne mise en œuvre des directives européennes Transparence et Comptable.

Plusieurs grandes entreprises extractives ont leur siège en France, il est donc capital que nous donnions un bon exemple en matière de promotion de la transparence en publiant les paiements versés par nos entreprises à l’étranger et en obtenant demain encore plus d’informations sur leurs activités. L’adhésion de la France a l’ITIE, initiative que nous soutenons depuis plusieurs années, devra aussi être l’occasion de faire un pas de plus vers la transparence et la bonne gestion de ces revenus.

Un autre aspect important de mon travail consiste à mettre en place des partenariats avec des pays d’Afrique francophone où des entreprises françaises pétrolières ou minières sont présentes. En collaborant avec des organisations locales membres de Publiez Ce Que Vous Payez, nous nous efforçons de faire avancer les gouvernements et les entreprises vers plus de transparence, comme nous l’avons fait récemment au Niger avec le ROTAB pour exiger des conditions plus équitables pour les contrats miniers d’Areva.

css.php