Nos activités

Plaidoyer

L’ordre du jour du plaidoyer de PCQVP est vaste et représente l’idée de PCQVP qui veut que la transparence soit exercée par le biais de mécanismes divers mais complémentaires. PCQVP reconnaît que toutes les parties prenantes actives dans le soutien ou l’investissement dans les industries extractives ont un rôle à jouer pour renforcer la transparence. Cette compréhension constitue la base de l’ordre du jour de notre plaidoyer détaillé ci-après.

Renforcement des capacités

Comme le mouvement mondial de promotion de la transparence et de la responsabilité dans le secteur des industries extractives a pris de l’ampleur au cours des dernières années, il y a eu une explosion parallèle dans le nombre de groupes de la société civile exigeant la transparence des compagnies et du gouvernement dans les pays en voie de développement riches en ressources. Les membres de PCQVP se sont mobilisés à travers le monde entier pour contrôler et inspecter les structures nationales qui régissent l’extraction nationale de ressources ainsi que les processus budgétaires de leurs pays, et pour s’adresser aux gouvernements, aux compagnies et aux institutions financières internationales dans le but de plaider pour une plus grande transparence des dépenses et des revenus.

L’intérêt grandissant de la société civile locale pour le contrôle et l’activisme local a entraîné une forte demande en formation et en renforcement des capacités autour des processus ITIE, des régimes fiscaux et des contrats, des processus d’audit et de comptabilité, des politiques de crédit des IFI et de divulgation, ainsi qu’une gamme variée d’autres questions, y compris récemment, les travaux liés au suivi des revenus depuis les caisses du gouvernement jusqu’à leur emploi final.

Depuis le lancement de PCQVP en 2002, les acteurs locaux et internationaux ont collaboré pour mener une série de formations nationales et régionales afin de satisfaire ces besoins croissants. Toutes ces formations ont été principalement menées de l’une des deux manières suivantes : soit les groupes locaux décident d’organiser un atelier de formation en fonction des besoins locaux, et se tournent vers les ONG internationales et les bailleurs de fonds qui permettent alors d’identifier et de faciliter la participation des experts externes sur des domaines d’un intérêt particulier ; soit les acteurs externes comme la Banque mondiale décident d’organiser une formation, souvent autour de l’ITIE, pour une région précise, et le réseau de PCQVP permet alors de développer l’ordre du jour et d’identifier les participants.

Ce travail a été soutenu financièrement et de manière significative par le réseau des membres et bailleurs de fonds de PCQVP. Les programmes de renforcement des capacités ont été organisés par les membres de PCQVP suivants :