Opinions de ceux sur le terrain : La transparence dans Copperbelt en Zambie 


De Charles Mufilala le mai 14, 2015

A yellow sunset over a river with trees in the background
Photo by Joachim Huber available under a Creative Commons license

Charles Mulila est Président de PCQVP dans la région Copperbelt et travaille pour the Development Education Community Project, une organisation membre de la coalition. Il vit dans la région de Copperbelt qui traverse la Zambie et la RDC et est connue pour ses gisements de cuivre. Ici, il nous dit pourquoi il milite pour PCQVP et nous dévoile ses ambitions.

Nos membres PCQVP de Copperbelt constatent que nous tenons le gouvernement pour responsable de la gestion prudente des ressources naturelles et de la façon dont le gouvernement utilise les recettes qui lui sont versées.

J’habite dans la province de la Copperbelt et j’ai vécu les temps anciens lorsque nous avions les mines de cuivre de la Zambia Consolidated, et où nous avions l’habitude d’avoir de bons projets de responsabilité sociétale des entreprises. Mais après la privatisation des mines, de nombreuses choses ne sont pas accomplies. Cela a provoqué beaucoup de déception dans les communautés, car les gens veulent obtenir de meilleurs services, comme nous en avions dans le passé. C’est ce qui me donne la passion d’être un militant de la société civile, de sorte que nous puissions recevoir de la production de cuivre et des profits réalisés.

Comme c’est le cas de PCQVP dans la province de la Copperbelt, nous avons des membres dans huit districts, et nous nous concentrons sur le suivi de l’argent depuis l’angle des autorités locales, étant donné que les sociétés leur paient des impôts fonciers et des frais d’affaires. Nous préconisons qu’une partie de cet argent soit reversée à la communauté pour fournir des services à la population, en particulier pour les femmes, les jeunes et les enfants.

Dans le district de Mufulira, nous nous impliquons auprès des autorités locales qui ont été transparentes en nous montrant combien elles obtiennent des sociétés minières. La prochaine étape consiste à préconiser au conseil local de recevoir des propositions provenant des collectivités, pour que nous puissions voir un certain pourcentage des sommes payées allant aux collectivités locales pour les paiements sociaux et les activités de loisirs au lieu que tout l’argent soit reversé dans le budget administratif du conseil local.

Le défi est que la plus grande partie des paiements effectués par les entreprises va au gouvernement central, et il faut du temps pour que celui-ci reverse de l’argent aux collectivités minières. Nous avons donc décidé de mettre l’accent sur les paiements effectués directement aux autorités locales. Nous avons toutefois besoin d’être encore plus opérationnels en tant que représentants locaux de PCQVP, afin que nous puissions nous impliquer efficacement. Nous avons besoin de hiérarchiser nos domaines d’engagement, de sorte que nous adoptions une approche ciblée pour assurer le succès dans certains d’entre eux.

Je suis un militant de la société civile depuis 1992, et cela m’a donné la motivation de lutter en faveur des droits des communautés. Je peux choisir de travailler ailleurs et d’obtenir un salaire plus élevé, mais le fait de militer pour une OSC m’a donné l’occasion de participer à un processus qui veille à ce que les droits et les besoins des personnes qui vivent autour de moi soient pris en charge. Il existe une lacune sur ce point et je me sentirais toujours coupable si je ne m’impliquais pas, car j’aurais le sentiment que je n’ai rien fait pour défendre les droits des membres de ma communauté. Je pense que nous héritons la terre de nos enfants, et non de nos parents.

L’Afrique est en train de perdre alors que les investisseurs profitent de nos politiques laxistes, il s’agit donc pour nous de nous redresser et de faire entendre notre voix afin que nous puissions contribuer à l’avenir de notre pays, de la région et du monde entier.