Actualités: Les Tunisiens progressent dans le domaine de la transparence, mais le développement économique s’avère plus lent

Là où le Printemps arabe est né, la poursuite du mécontentement donne à PCQVP une raison de continuer le combat

Les livres d’histoire diront que le Printemps arabe a commencé en 2011, mais les habitants de la région pauvre de Gafsa en savent davantage. En 2008, leur révolte contre les pratiques opaques du secteur minier et l’indifférence du gouvernement ont suscité une réaction violente de la part des forces de sécurité du pays. Les images de la répression ont contribué à dynamiser un mouvement national qui a culminé le 14 janvier 2011, lorsque le président Zine el-Abidine Ben Ali a été contraint de fuir le pays.

« Je considère que les événements de 2008 ont été l’étincelle de l’agitation sociale de 2011 parce que les gens ont été touchés et qu’il y a eu des blessés » a déclaré Sihem Bouazza, présidente de l’Association tunisienne de Droit du Développement (ATDD), une organisation membre de Publiez Ce Que Vous Payez en Tunisie. « Les émeutes ont été réprimées dans le sang et les larmes des manifestants. Des enfants sont morts dans la rue. »

CC BY 2.0 (2)

Le rôle de premier plan de la Tunisie dans le Printemps arabe est bien connu. Moins connue est l’histoire de Gafsa, une région rurale et aride du sud-ouest de la Tunisie. Le soulèvement qui y a eu lieu a non seulement ouvert la voie à une rébellion contre le statu quo, mais ses militants et ses soutiens parmi la société civile ont accompli d’importantes réformes en matière de transparence, y compris l’engagement de la Tunisie à rejoindre l’Initiative de Transparence des Industries Extractives (ITIE).

Bien que les choses ont mis du temps à changer à Gafsa, ils ont déjà remporté des victoires dont Bouazza dit qu’elles « auraient été impensables avant. »

L’étincelle qui a mis le feu

Gafsa est un lieu où l’éducation, l’emploi et l’eau potable sont plus rares qu’ailleurs dans le pays. Il s’agit d’une réalité bien que Gafsa abrite l’un des plus importants gisements de phosphate, un produit chimique utilisé pour la production d’engrais partout dans le monde. Le gouvernement a utilisé la manne de ces mines pour développer les zones côtières et les zones touristiques du nord aux dépens de Gafsa.

Alors que le taux de chômage national tombait à 15 pour cent, il s’est maintenu à 40 pour cent à Gafsa, selon un rapport d’Amnesty International. Les mines offraient des emplois, mais les candidats devaient réussir un test standardisé qui était destiné à favoriser les élites du nord selon les habitants de cette région rurale. Le 5 janvier 2008, la Compagnie des Phosphates de Gafsa, le plus important employeur de la région, a publié ses derniers résultats en matière de recrutement. Les postulants déboutés, les jeunes chômeurs et les familles des personnes tuées lors d’accidents dans les mines ont entamé des manifestations longues de plusieurs mois à travers la région. En juin, des manifestants sont morts sous les balles de la police.

Les organisateurs des manifestations ont publié à l’époque un communiqué de presse résumant leurs griefs :

« Où est notre part du développement ? Où a disparu la part de la richesse nationale qui devait nous revenir ? Où est la contrepartie équitable pour notre participation à la construction de la nation et de son économie, après plus de 50 ans ? »

Le chemin de la réforme

CC BY-SA 2.0

Bouazza a promu le développement durable en Tunisie depuis 2004, lorsqu’elle devint présidente de l’ATDD. Elle a constaté une nette différence des progrès réalisés depuis la révolution de 2011. Elle a déclaré « Nous sommes maintenant en mesure d’exprimer nos opinions », « et nous avons le sentiment d’être bien mieux écoutés. »

Après la révolution, ATDD a rencontré divers parlementaires, des fonctionnaires du ministère de l’Énergie et des Mines ainsi que le ministre lui-même, ce dernier ayant déclaré dans une interview que c’est grâce à la société civile que les contrats d’extraction figurent désormais dans le domaine public en Tunisie. Ceux-ci sont maintenant disponibles sur un site Web du gouvernement. Et le gouvernement, dont Bouazza a indiqué qu’il n’avait auparavant jamais entendu parler de l’ITIE, s’est engagé à rejoindre cette initiative en 2018 dans le cadre de son plan d’action national de l’Open Government Partnership (OGP).

La constitution tunisienne de 2014 comprend des dispositions expressément destinées à répondre aux frustrations manifestées à Gafsa six ans auparavant. L’article 13 exige la transparence dans le secteur extractif et a permis la création d’un comité parlementaire chargé d’octroyer des concessions minières. L’article 136 donne aux régions le droit de recevoir une part de la rente des industries extractives avec les intérêts courus pendant les activités d’extraction.

Mais le fait que l’article 13 n’est pas pleinement appliqué (les contrats n’incluent pas les annexes et ne sont pas mis à jour correctement) et que l’article 136 a jusqu’à présent été totalement ignoré montre l’ampleur du travail restant à accomplir.

« Gafsa continue de souffrir d’un sous-développement, ce qui explique les manifestations violentes au début de 2017 qui conduisirent à un arrêt complet de l’extraction du phosphate et du pétrole » a poursuivi Bouazza.

« Les autorités pensent les gens manifestent pour obtenir des emplois dans les industries extractives, mais en réalité, ils sont en colère parce que les ressources naturelles n’ont pas mené au développement économique et social dans leur région. »

La stabilité relative du processus de démocratisation en Tunisie est toutefois une source d’optimisme. Avec des élections municipales longtemps retardées devant se tenir cette année, les dirigeants locaux seront plus à même d’entendre les demandes de leurs électeurs.

css.php