Qui paie le prix? L’impact des faibles prix des denrées sur les citoyens de la Mongolie

septembre 14, 2015

Photo: Herry Lawford, Creative Commons license

Le gouvernement mongol a demandé à ses citoyens de «se serrer la ceinture » au milieu d’une crise économique qui se profile après avoir enregistré une forte baisse des recettes de l’Etat. Avec près de 90% des exportations mongoles consistant dedes produits minéraux, tels que le cuivre et le charbon, la chute continue des prix des matières premières sur les marchés internationaux a porté un coup sévère à l’économie du pays. Ajoutant au problème, la monnaie de la Mongolie a été dévaluée de près de 20% au cours des 12 derniers mois.

Cela a conduit la Mongolie à baser sa croissance économique sur des éformes juridiques, en particulier avec l’aide de son capital le plus précieux – les ressources naturelles comme mécanisme d’adaptation pour lutter contre la crise économique actuelle. La création d’un environnement juridique pour promouvoir la croissance économique est logique, mais qui paie vraiment le prix de telles réformes plutôt favorables aux investisseurs?

Le premier objectif de la nouvelle politique favorable aux investisseurs était de mettre en place la législation environnementale, une loi que les Mongols ont surnommé la loi avec le long nom, ou en réalité « la loi sur l’interdiction de l’exploration minière et les activités minières dans les zones dans les hautes eaux de rivières, dans les zones de réservoir d’eau et dans les zones boisées protégées ». Cette loi vise à protéger les sources d’eau de l’impact des activités minières par la création de zones de sécurité définies par le ministère de l’Environnement et du Tourisme, en coopération avec le Conseil de l’écocivisme mongole, et approuvées par les autorités locales. Ces zones ont été établies 200-1000 mètres, ce qui est au-delà de la limite de 200 mètres de la zone de sécurité dans la loi sur l’eau, et protègent donc 30% de la terre autour des rivières et forêts en Mongolie. Après que cette la loi soit entrée en vigueur en 2011, 242 sociétés minières à qui des licences d’exploitation avaient été accordées n ont dû suspendre leurs opérations.

Avec les nouveaux amendements, les zones de sécurité doivent être réduites à 50-200 mètres de la rive, ce qui rend les directives de 2012 inadaptées. De plus, personne ne peut contrôler la distance exacte entre une exploitation minière et la rivière. Les sources d’eau, une base pour la prospérité future du pays, sont désormais menacées d’être polluées et seront probablement détruites par les futures opérations extractives. Les modifications permettent également l’exploitation minière dans les zones boisées sous condition de planter plus de 10 jeunes plants pour chaque arbre enlevé. Ces amendements visent à servir les intérêts de la société minière Centerra Gold, cotée au Canada, qui n’a pas été en mesure de développer sa mine d’or Gatsuurt en raison de sa proximité avec la rivière et les zones boisées. Afin de protéger cette loi, un groupe de militants de la société civile a organisé une grève de la faim sur la place centrale d’Oulan-Bator en face de l’édifice du Parlement. À la suite de 12 jours de grève, un groupe de travail a été formé pour évaluer l’impact du projet d’exploitation minière de Centerra. Mais, plutôt que de travailler sur la mise dans l’alignement de la mine Gatsuurt et de la loi, le gouvernement de la Mongolie a contourné son propre système juridique en déclarant Gatsuurt une mine dite stratégique et donc exemptée de la loi.

Alors que le gouvernement de la Mongolie se précipitait pour signer les nouveaux contrats avec Centerra Gold, un autre cas a été soulevé. Les négociations avec un consortium tripartite, composé de China Shenhua Energy Co Ltd de Chine, Sumitomo Corporation du Japon, et de l’énergie des ressources LLC de la Mongolie, en tant qu’investisseur stratégique de Tavan Tolgoi – l’un des plus grand, et encore inexploité, dépôt de charbon du monde – ont rapidement tourné opaque et pris un tournant politique. Le projet d’accord ne contient pas de dispositions sur la protection des intérêts des populations locales et de l’environnement, et ne contient aucune disposition quant à l’impact social. L’accord semblait avoir été rédigé par les entreprises, sans apport significatif du gouvernement ou de ses citoyens. Après une forte désapprobation du public, l’accord a été retiré et envoyé pour un examen plus approfondi.

Pendant ce temps, le Parlement traîne toujours les pieds avec l’adoption d’un projet de loi sur le Fonds du patrimoine du futur, conçu pour économiser un certain pourcentage des revenus tirés de l’extraction minière dans des actifs étrangers au profit des générations futures. Le projet de loi a été soumis au Parlement le 13 Octobre 2014. Les discussions sont toujours en cours et aucune échéance claire n’est en vue. Comme Erdenechimeg Dashdorj de PCQVP Mongolie déclare:

« Quand le Parlement se ressaisira et adoptera enfin cette loi, il n’y aura peut-être plus de revenus provenant des ressources extractives pour préserver l’avenir de nos enfants et petits-enfants. »

« Ces trois cas nous poussent à nous demander: qui paie le prix des décisions du gouvernements? Est-ce nous les citoyens plutôt que les intérêts des entreprises privées? », ajoute Erdenechimeg.

Alors qu’un pays exploite intensivement ses ressources naturelles, les décideurs ne pensent-ils pas aux générations futures? Avec quoi vont se retrouver les prochaines générations si le pays continue avec ce scénario de statu quo?

Des pays tels que la Norvège ont prouvé que la gestion équilibrée et rationnelle des ressources naturelles peut bénéficier à tous – citoyens et entreprises. Donc, au pouvoirs en place en Mongolie, PCQVP Mongolie demande: «au lieu de servir les intérêts des entreprises, en ignorant les communautés et en négligeant l’environnement, en augmentant la malédiction des ressources, n’est-il pas temps d’inverser ce comportement et de servir l’intérêt de la nation? »

css.php